QU’EN EST-IL DES IMPÔTS ET DES ALLOCATIONS FAMILIALES?

LE TRAVAIL ETUDIANT ET LES ALLOCATIONS FAMILIALES

  • Les étudiants de moins de 18 ans ont toujours droit aux allocations familiales quel que soit le montant des revenus perçus et le fait qu'ils soient ou non encore aux études.
  • Pendant les vacances d’été (septembre compris), l’étudiant de plus de 18 ans et de moins de 25 ans peut travailler sans courir le risque de perdre son droit aux allocations familiales, quel que soit le nombre d’heures prestées ou les revenus perçus, sauf pendant ses dernières vacances d’été pendant lesquelles il ne peut pas travailler plus de 240 heures.
    En dehors des vacances d’été, ce droit est limité. Un étudiant peut travailler maximum 240 heures par trimestre. S’il travaille plus, le droit aux allocations familiales est suspendu pour ce trimestre.
  • Si l’étudiant est déjà inscrit comme demandeur d’emploi en période d’attente, il peut travailler maximum 240 heures pendant les dernières vacances d’été. Après les vacances d’été, il pourra gagner maximum 541,09 euros bruts par mois. Si l’étudiant gagne davantage, les parents perdront le droit aux allocations familiales.

LE TRAVAIL ETUDIANT ET LES IMPOTS

Pour qu’un étudiant puisse rester fiscalement à charge de ses parents, les règles qui s’appliquent diffèrent de celles relatives au maintien des allocations familiales.

L’étudiant reste seulement une personne à charge :

  • s’il fait partie du ménage au 1er janvier de l’exercice d’imposition (l’année au cours de laquelle l’étudiant remplit sa déclaration fiscale pour ses revenus de l’année précédente) ;
  • lorsqu’il est occupé chez ses parents ;
  • lorsqu’il gagne moins de 3.270 euros bruts imposables par an (année de revenus 2018) dans les ménages à double revenu ;
  • quand l’étudiant est à charge d’un parent isolé, la limite est de 4.720 euros bruts imposables par an (année de revenus 2018) ; 
  • Pour évaluer si quelqu’un entre en considération comme personne à charge, on ne tient plus compte de la première tranche de 2720 euro (année de revenus 2018) gagnée avec un travail étudiant.

L’étudiant devra payer lui-même des impôts si son revenu annuel excède 11.042 euros bruts imposables (année de revenus 2018). Si un précompte professionnel est retenu sur son salaire, ce montant sera reversé, à condition qu’il n’ait pas excédé les montants susmentionnés.

Les revenus de l’étudiant doivent toujours être considérés comme revenus personnels et ne peuvent pas être cumulés avec ceux de ses parents. L’étudiant devra donc toujours remplir sa propre déclaration d’impôts.

QUEL EST LE SALAIRE BRUT IMPOSABLE ?

Salaire brut – ONSS (13,07 % ou 2,71 % pour les étudiants jobistes)